Le temps, cette denrée rare qui affole tous les freelances, est une composante essentielle dans la réussite de notre projet professionnel. Laissez-le filer et vous pourrez rapidement dire adieu à votre entreprise. Honnêtement c’est une donnée sur laquelle je ne m’étais pas penchée quand j’ai commencé mon travail en tant qu’indépendante et je l’ai payé très cher. Aujourd’hui je sais que dominer son emploi du temps peut non seulement vous distinguer des autres mais aussi rendre votre journée beaucoup moins stressante. On aurait donc tort de s’en priver.

Il y a plusieurs situations qui nécessitent de trouver une idée d’article. Par exemple le client peut vous laisser libre de choisir (donc de trouver) ou vous publiez vous-même un blog. Dans ce cas, la recherche d’un sujet peut être chronophage. Voici la méthode (en tout cas celle qui marche pour moi) pour éviter de perdre du temps à trouver un sujet.

Commencez par en perdre

Pour faire court, on pourrait dire « Quand ça veut pas, ça veut pas ». Un sujet ne s’impose pas de lui-même quand vous vous obstinez à vouloir en trouver un. Je peux même dire que dans le meilleur des cas, vous ne trouverez qu’un sujet bancal et banal qui vous ennuiera. Face à cet obstacle qui semble infranchissable, la meilleure méthode consiste à s’éloigner du but. Elle est d’ailleurs assez semblable à celle de Natacha pour retrouver la motivation d’écrire.

S’éloigner du but n’est pas qu’une image. Le plus souvent il est nécessaire de vraiment se séparer physiquement de son outil de travail, de sortir de son bureau et d’aller voir ailleurs. Pour moi c’était l’occasion des pauses clopes mais depuis que j’ai arrêté de fumer, je suis passée au tour de quartier. Non seulement c’est bien meilleur pour la santé mais en plus je peux être influencée par tout ce qui m’entoure.

Être constamment à l’affût

Un sujet d’article intéressant arrive sans crier gare. Il ne vient pas à heure fixe, c’est dommage mais il faut s’y accoutumer. La méthode la plus simple est de garder à ses côtés un carnet pour y noter toutes ses idées. Pas besoin d’en faire un bullet journal, une simple liste fonctionne. Avec un smartphone, vous pouvez d’ailleurs aussi y arriver. Il existe des applications de listes très simples à utiliser. Quelque soit le support, ne remettez pas à plus tard les notes sur votre idée. Les 3/4 du temps, on finit par oublier le sujet tout en se rappelant qu’on en avait un. C’est très agaçant.

La notion de carnet est importante car elle souligne le fait que vous devez être constamment vigilant sur les opportunités de sujet. Votre cerveau ne doit pas être au repos quand vous n’êtes pas devant votre écran. Au contraire, le monde extérieur peut se représenter comme un vaste champ de sujets libres. A vous de les cueillir !

Avoir conscience de s’égarer

Comme je le disais, il m’arrive de partir faire une petite marche si l’inspiration tarde à venir. D’autres solutions s’offrent à vous comme surfer sur les réseaux sociaux ou sur des sites web. En fonction des thématiques abordées, j’ai également une liste de sources que je consulte régulièrement. Elles me permettent de définir les sujets en vogue, la façon de les aborder et les expressions qui marchent pour les titres. Dans ces cas-là je préfère m’autoriser un créneau de « perdition ». Je peux me donner par exemple deux heures de récréation virtuelle en allant flâner sur des sites web ou des réseaux sociaux. Au bout de ce laps de temps et même si je n’ai pas trouvé de bons sujets, j’arrête les frais. C’est important sinon on pourrait facilement y passer la journée.

De la même façon, quand je suis en train de surfer je reviens constamment à cette idée que je suis à la recherche d’une idée. On peut comparer cela à la méditation. Quand vous sentez que votre esprit commence à s’égarer et que vous devez le ramener à la pleine conscience. Ce n’est pas parce que l’on surfe sans destination précise qu’il faut oublier la raison première de ce voyage virtuel.